Pourquoi intégrer le Design thinking dans son mode de vie

Pourquoi intégrer le Design thinking dans son mode de vie

Black creative light bulb icon vector

Durant mes études de Chef de projet Digital, j’ai eu la chance de découvrir une multitude de domaines liés au secteur du numérique. Si pour les besoins de la formation, j’aurais pu survoler celui-ci, j’ai personnellement choisi de l’approfondir. D’une part, naturellement parce que le « Design » m’a toujours attiré. En effet, lorsque j’étais encore étudiant en Droit je fournissais déjà mes services en matière de design graphique à diverses associations. Création d’affiches, de flyers, de communication à destination des réseaux sociaux… C’était génial ! Je prenais beaucoup de plaisir à apprendre à utiliser des outils tels qu’illustrator, photoshop, ou encore indesign.

Néanmoins, le « Design », est un sujet d’étude extrêmement vaste. C’est plus une grande thématique qui regroupe une multitude de thèmes différents dont le « Design Thinking » ferait parti. Je vais donc d’abord vous définir :

Qu’est ce que le Design Thinking ?

We spend a lot time designing the bridge, but not enough time thinking about the people who are crossing it.

– Dr. Prabhjot Singh, Director of Systems Design at the Earth Institute

J’apprécie tout particulièrement cette citation pour illustrer le Design Thinking. Pour les plus allergiques à l’anglais d’entre vous, elle se traduit par : « Nous dépensons beaucoup de temps à dessiner des ponts, mais pas assez à penser aux gens qui les traversent ».

C’est exactement ça, le Design Thinking. Il s’agit de s’interroger sur le pourquoi de l’usage, en faisant preuve d’humanité et d’empathie. C’est tout simplement le droit à l’erreur pour amener l’innovation ! 
Si vous préférez une courte vidéo pour mieux comprendre le concept, c’est par ici 👇

Parce qu’une image vaut mille mots, voici une courte vidéo qui vous illustrera parfaitement ce qu’est le design thinking !

Les bénéfices du design thinking

Le design thinking, ou « pensée design » en français, est aujourd’hui appliqué en tant que méthode de travail sur de nombreux projets innovants, et intégré aujourd’hui dans une multitude d’entreprises afin d’en améliorer le fonctionnement et la créativité.

Néanmoins, c’est avant tout un mode de pensée que nous pouvons adopter dans notre propre vie, et ce, chaque jour ! J’ai véritablement vécu un « déclic » lorsque j’ai découvert le livre de Don Norman « Design of everyday things ». Cet ouvrage fera d’ailleurs l’objet d’un article à part entière prochainement, parce qu’il le mérite vraiment ! Son auteur est aujourd’hui considéré comme le père de l’UX design, concept que j’aborderais également plus tard. On lui doit un principe de pensée révolutionnaire :

Les portes de Norman

Là, vous vous dîtes : « Mais pourquoi diable nous parle t-il de fichues portes ? ». Et ce n’est pas tant pour mon amour inconditionnel de ces objets, qui nous permettent de découvrir comme d’ignorer une multitude de choses, que pour l’intégration dans mon état d’esprit du Design Thinking lorsque j’ai découvert le passage suivant issu du livre dont je vous parlais précédemment :

Quand nous approchons une porte, nous devons trouver le côté qui s’ouvre et l’endroit à manipuler. En d’autres termes, nous devons arriver à comprendre ce que l’on doit faire et où le faire. Nous nous attendons à trouver un signal visible pour réaliser la bonne manipulation : une plaque, une prolongation, un creux, un renfoncement – quelque chose qui permette à la main de toucher, saisir, tourner ou s’insérer. Ceci nous dit où agir. L’étape suivante est de comprendre comment : nous devons déterminer quelles opérations sont permises, en partie en se basant sur l’affordance, en partie guidés par les contraintes.
Il y a une variété incroyable de portes. Certaines ne s’ouvrent que si un bouton est appuyé, et certaines ne semblent pas s’ouvrir du tout, n’ayant aucun bouton, aucun matériel, ni aucun autre signe de leur fonctionnement. La porte s’ouvre peut être à l’aide d’une pédale. Ou peut être qu’elle est activée par une commande vocale, et que nous devons prononcer la phrase magique (« Sésame ouvre toi !« ). En outre, certaines portes ont des étiquettes sur elles : tirez, poussez, glissez, portez, sonnez, insérez votre carte, entrez votre mot de passe, souriez, tournez, saluez, dansez, ou peut-être juste, demandez. D’une manière ou d’une autre, quand un appareil aussi simple qu’une porte doit être utilisé avec un manuel d’utilisation – même s’il s’agit d’un manuel d’un seul mot – alors c’est un échec, mal conçu.

– Don Norman, « Design of everyday things »

Autrement dit, arrêtez de vous blâmer lorsque vous vous trouver face à un objet que vous ne parvenez pas à utiliser. Si c’est le cas, interrogez-vous :

Comment aurais-je pu construire autrement ?

C’est ça, le sujet exact de cet article. L’interrogation constante sur le monde qui nous entoure. Redevenir cet enfant qui se demande toujours « pourquoi ? » et qui ne se satisfait pas du « parce que c’est comme ça ». Au passage, pour ceux d’entre vous qui ont des enfants, encouragez les à développer leur imagination ! Vous aurez peut-être la chance de les voir devenir le prochain Elon Musk ! Car oui, de nombreux visionnaires fonctionnent ainsi depuis longtemps, et c’est leur insatisfaction, leur réflexion, leurs essais, leurs échecs, etc etc… Qui ont créés des produits ou des usages dont nous ne pourrions même plus nous passer aujourd’hui !

Par exemple, Steve Jobs, le créateur de la marque à la pomme, à toujours eu une obsession : simplifier l’interaction homme-machine. C’est comme ça qu’est née la souris, et plus tard l’écran tactile. Aujourd’hui ce serait une aberration d’utiliser un ordinateur en lui donnant uniquement des commandes textuels, et pourtant avant, c’était « comme ça ».

En résumé

C’est toujours par la constatation d’un problème et la remise en question que l’on accède à l’innovation !

La pensée design, c’est refuser d’évoluer dans un monde où l’on souffre de certains faits parce que c’est « comme ça ». C’est savoir remettre en question tout ce qui nous entoure, de l’aménagement de notre appartement, à celui de notre rue, puis même de notre ville et de notre monde ! Le design thinking, c’est un état d’esprit qui intègre l’échec et appelle ça « essayer », qui croit en vous. Alors adoptez le, parcourez le monde qui vous entoure et demandez vous toujours :

« Pourquoi ? »

Et retrouves toute l’actualité de Jesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *